ACCÈS LECTURE 

ÉPISODE 14/14

 Pendant cette période de confinement, je vous propose de découvrir ou redécouvrir gratuitement la saga de l’infidèle dont la première saison est sortie en août 2016 en numérique et papier sur Amazon et autres plateformes en ligne. La saison 2 est prévue pour le 25 mai 2020 en numérique et papier également.
Je publierai deux épisodes par semaine de la saison 1 : le mercredi et le samedi.


ÉPISODES PRÉCÉDENTS / 1 Le temps des doutes2 La surprise3 L’angoisse4 Le choc5 La confrontation6 L’oubli7 La révélation  8 La consternation  9 Un secret de plus  10 L’intrigante  11 Diabolique Nicole   12 Vers la vérité  13 Éléonore


14-Mortelle soirée

 

Stan sentit l’effroi lui glisser le long du dos. Il comprit que l’événement majeur de ce soir ne serait pas sa révélation à Éva. Déconcerté, il se tourna vers Éléonore :

— Mais qu’est-ce qu’il te prend !
— Tant de mensonges, vous qui mentez si mal ! Des vies bouleversées pour satisfaire vos désirs sexuels, pour vous prouver que vous êtes des conquérants. Et quand les choses se gâtent, on trahit, on humilie, on blesse, vous n’êtes que des… des hommes !
— Vous ? De qui tu parles ?
— Tu sais Stan, Carl t’as toujours considéré comme étant de la pire espèce et j’ai toujours compris son point de vue malgré le soutien que je t’apportais, à tel point que je n’avais pas vu que lui-même était de la même espèce, un beau menteur et moi, une cocue !
— Mais qu’est-ce que tu racontes ?
— Eh oui mon pauvre Stan, mon cher mari a une maîtresse.
— Carl ? Une maîtresse ? Ça alors…
— Si tu savais…

À cet instant, Éva sortit de la salle de bains :

— Que se passe-t-il ici ? Vous parlez bien fort tous les deux !
— Rien d’important ma chérie, lui répondit Stan. Un point de vue différent.

Éléonore le toisa. Elle quitta la cuisine pour aller s’asseoir dans le salon. Éva qui sentait une certaine tension décida de ne pas en rajouter. Elle regarda Stan figé au milieu de la cuisine, le torchon pendant à la main. Elle rejoignis Éléonore.

La sonnette retentit, c’était Carl. À son entrée, il vit Stan sortir de la cuisine avec un air qu’il ne lui connaissait pas, un air perdu, inquiet. Il n’avait pas cet œil de requin que Carl détestait par-dessus tout. Il sentit que quelque chose clochait :

— Bonjour tout le monde ! Désolée de vous avoir fait attendre, j’avais une course à faire. Ma chérie, comment te sens-tu ? dit-il en s’approchant de sa femme.
— Parfaitement bien ! dit-elle en esquivant son baiser.

Carl ne s’offusqua pas de cette esquive, il pensa que son amnésie pouvait la faire réagir de façon inattendue. Il salua Éva et se dirigea vers Stan pour lui serrer la main. Celui-ci lui accorda une poignée de main franche et ferme avec un sourire aux coins des lèvres. Il invita tout le monde à s’asseoir au salon pour prendre l’apéritif. Il rapporta de la cuisine les amuse-gueules qu’il avait préparés et les posa sur la table basse. Éva sortit les verres et servit ses invités, le tout dans un silence religieux que Carl ne saisit pas. Stan fut le dernier à s’asseoir, il prit place dans son fauteuil préféré qui se trouvait face au canapé mais aussi face à Carl. Soudain, il bloqua son attention sur sa chemise, puis lui revint aux narines ce parfum qu’il connaissait si bien, puis le moment où il avait trouvé Carl chez sa fille… Non, ce n’était pas possible, la maîtresse de Carl serait sa propre fille ? Comment contenir son envie de le saisir à bras-le-corps pour lui coller la correction de sa vie ? Il serait alors obligé de lâcher enfin la vérité à Éva et il ne voulait pas le faire de cette façon. Il se demandait si la révélation d’Éléonore n’était pas dans ce but. Des coups frappés à la porte coupèrent les envies de violence de Stan. Il alla ouvrir. Deux policiers se tenaient devant lui :

— Bonjour, nous aimerions parler à Monsieur Stan Richard.
— C’est moi.
— Vous êtes bien le père d’Anna Cordini ?
— Oui, répondit-il tremblant.
— Pourrions-nous entrer s’il vous plaît ?

Il fit entrer les deux policiers. Éva, Carl et Éléonore étaient tournés vers lui. La nouvelle tomba comme une tête sous la guillotine. Anna venait d’être retrouvée morte dans son appartement, assassinée. Stan s’effondra. Éva entendait résonner à ses oreilles les paroles des policiers, « le père d’Anna Cordini ». L’amour de sa vie avait une fille et qui de plus portait le même nom que le sien… Une larme lente et silencieuse coula sur la joue de Carl, puis il y avait Éléonore… Elle regardait la scène sans aucun état d’âme, sans pouvoir ressentir la moindre émotion. Un des policiers demanda alors à Stan de les accompagner à la morgue pour identifier le corps, puis à Carl de bien vouloir les suivre. C’est sans un mot que chacun s’exécuta. Stan embrassa Éva, Carl embrassa Éléonore puis la porte se referma. Les deux femmes restées seules, se regardaient, l’une avec des vérités et l’autre avec des interrogations.

Ce soir-là, une porte s’était refermée sur deux hommes avec de lourds secrets qui n’en étaient plus. Ce soir-là, deux meilleures amies se retrouvaient face à face avec beaucoup de choses à se dire sans pouvoir prononcer un mot. Ce soir-là, la réalité avait fait irruption. L’infidélité d’un homme et le passé caché d’un autre avaient mené tous ces êtres à la destruction. Une nouvelle question venait désormais s’ajouter à toutes les autres : Qui était l’assassin d’Anna ?

 

FIN DE LA SAISON 1 (oui je sais… c’est cruel ! )

SORTIE OFFICIELLE DE LA SAISON 2 LE 25 MAI 2020

 

Copyright myows Texte protégé

 

 

 

logo instagram noir et blanc   Icone Facebook noir et blanc   Icone Twitter noir et blanc   Icone Pinterest noir et blanc   Icone Linkedin noir et blanc   Icone Trumbl noir et blanc   Icone you tube - noir et blanc