Karine : La belle des champs.

Elle baguenaudait dans les pâturages comme Belle des champs et son fromage dans les années 80.
« Dis, donne-nous un peu de ton fromage, tout le monde t’aime tant belle Lemarchand ! »

« Elle traversait les champs de blés qui s’inclinaient doucement sur son passage comme pour la saluer. Les épis des champs de maïs explosaient au contact de sa chaleur, lui offrant bruyamment un immense lit de pop-corn édulcorés, pétillant en tous sens. Les tournesols se détachaient de l’astre radieux pour se nourrir du sien : son sourire. Lui suffisait alors d’envelopper le tout de ses yeux chaleureux et ainsi terminer sa généreuse récolte. Une récolte de doux bonheurs qu’offrent la terre et le ciel dans leur clémence infinie. Lorsqu’elle montait enfin sur son tracteur, il toussait de bonheur. Et c’est en sifflotant qu’elle visitait tous les agriculteurs répandant sa bienveillance, ressource inépuisable dont elle était dotée.
Mais voilà que Karine, par un drôle de gamin, fut soudain détournée de son rural chemin. Grand gosse maladroit au joli minois, répondant au nom de Stéphane Plazza. Il n’en fallut pas moins pour retarder la Belle et laisser ses copains sans aucunes nouvelles. Plazza « la poisse », dont il était le roi, accumula bien sûr quelques petits tracas. Mais la Belle était là et elle n’avait de cesse de rafistoler toutes ses maladresses. La complicité de cette bouille d’enfant et sa jolie maman vinrent à bout des aléas les plus hallucinants. Et c’est avec son aide qu’elle livra du bonheur sur les pentes les plus raides des abimés du cœur.
Son incroyable talent est d’aimer les gens. Si son amour est dans le pré, il est aussi notre préféré. Les opérations renaissance c’est sa vie, son ambition intime celle de répondre aux cris. Mais que sais-je vraiment de Karine Lemarchand, si ce n’est qu’elle ensorcelle depuis Les Maternelles ».

Après avoir écrit ce texte, comme toujours sur un bout de canapé à une heure improbable, je suis revenue aux sources des années 80, écoutant avec entrain la chanson de cette pub « Belle des champs » que j’affectionne particulièrement. M’est venue cette drôle d’idée d’associer la belle Karine aux paroles de Richard Gotainer jusqu’à ce que… j’entende pour la première fois la version longue ! Cette chanson est en réalité d’une coquinerie délicieuse ! Pardonne-moi Karine, même si je trouve que ça te va plutôt bien. Ton humour bien connu sur le sujet fera sans doute passer cette grivoiserie.

Une belle année à tous ces artistes qui restent spontanés et qui par leur métier continuent de communiquer en toute sincérité.


Un artiste, une histoire, c’est un moment purement fictif, une écriture instinctive de l’auteur.

 

Bannière Myows texte protégé

Texte protégé

 

 

logo instagram noir et blanc   Icone Facebook noir et blanc   Icone Twitter noir et blanc   Icone Pinterest noir et blanc   Icone Linkedin noir et blanc   Icone you tube - noir et blanc