ACCÈS LECTURE

ÉPISODE 7

Résumé de l’épisode précédent.

     Youri comprend les interrogations de la Vilaine après avoir constaté qu’aucune trace de pas n’était présente dans la neige en direction de la réserve de bois. Margaret se rend au dortoir des filles afin d’exécuter la suite du programme. Celles-ci échangent sur cette mystérieuse fête russe à laquelle elles se trouvaient toutes, dernier souvenir avant leur arrivée dans cet endroit.  Monica rejoint Margaret pour prendre en charge la petite Clara. Billy, quant à lui, est toujours enfermé dans la grange, inanimé sur le sol, recouvert de foin par l’ancien pour qu’il ne prenne pas froid.

___________

ÉPISODES PRÉCÉDENTS / 1 Les dortoirs2 Le programme3 Désaccord4 Complicité5 Doutes6 Souvenirs

___________

7 – Départ pour la mine

___________

 

     C’est tendue que Margaret se présente au baraquement des enfants, sa précieuse liste sous le bras. Elle franchit la porte d’entrée, passe le petit dégagement, puis s’arrête à l’intersection du couloir. Au fond à gauche de celui-ci se trouve Gleb somnolent, adossé au mur comme à son habitude, assigné à la surveillance de la chambre des filles. Au fond à droite, elle aperçoit Vladimir qui sort du dortoir des garçons. Elle se dirige vers lui d’un pas décidé. Une fois à sa hauteur, elle ne peut réprimer son dégout.

— Bon sang, Vladimir, se laver n’est pas une option ! Passage aux sanitaires obligatoire pour Gleb et toi ce soir ! Pour le moment, vous deux, allez chercher le camion pour le ramener au plus près et faites monter les gosses. Nous partons à la mine.
— Ok patronne, répond-il l’air piqué en se dirigeant vers la sortie. Gleb ! On s’en va !

     Le gros bonhomme sort de sa torpeur et s’arrache du mur dans un grognement. Il traverse le couloir et rejoint son acolyte qui arrive à l’intersection. Il attend une information quelconque ou une directive, mais Vladimir quitte le baraquement sans s’arrêter. Gleb lui emboite le pas. C’est à l’extérieur que Vladimir évacue sa vexation en traversant le campement pour rejoindre le véhicule. Son accent russe est à son maximum.

— Cette bonne femme se prend pour qui bordel ! Je me demande pourquoi le boss nous a collé une gonzesse ! Une vieille en plus ! Madame est bourrée de manières, mais trempe dans les mêmes sales histoires que nous. C’est pas un palace ici ! Cette femme est un peu trop précieuse pour participer à ce genre d’opération. On dirait la directrice d’un pensionnat de gamines de riches !
— Et qu’est-ce qu’elle t’a dit pour te mettre en rogne ? 
— En gros, qu’on puent Gleb, qu’on puent ! Entre la route, la réparation du camion et le peu de temps qu’on nous a laissé avant d’arriver ici, qu’est-ce qu’elle croit ? Qu’on a eu le temps de tremper dans un bain ?! 
— Laisse tomber, elle passe son temps à chercher la petite bête. On se contente de faire notre boulot, de prendre le fric, et c’est tout.
— Ouais… on va faire ça. Allez, monte.

     Gleb s’installe dans le camion avec Vladimir. Ce dernier effectue une marche arrière afin de se replacer dans la bonne direction et s’approche lentement des baraquements.
     Margaret attend déjà dehors avec les enfants qui grelottent. Les filles comme les garçons arborent de nouveau le masque du mal être, dépités d’avoir été interrompus dans leurs échanges et ne sachant pas où on les conduit. Aby souffre de façon intestinale à l’entente des pleurs de la petite Clara contrainte de quitter le groupe une nouvelle fois. Sacha est distrait et n’a d’yeux que pour la grange qu’il aperçoit au loin. Il se sent soudainement tiré vers l’avant. La Vilaine l’a saisi par le bras et le force à rejoindre les rangs.

— Avance, toi ! aboie-t-elle.

     Sacha se laisse trainer jusqu’à l’arrière du camion où les autres gamins se sont rangés. C’est un par un que Gleb et Vladimir les font monter dans cet engin militaire,  un camion-bâche d’un âge très avancé, récupéré on ne sait où. Les deux compères referment la bâche et l’attachent solidement. 

— Je vous suis, informe Margaret en se dirigeant vers sa voiture.

    La Vilaine prend place au volant d’une vielle Lada Niva, 4×4, grise, et tourne la clé. La voiture ne démarre pas. Elle tente à nouveau. Rien. La fin de l’hiver a poussé le groupe à ne plus laisser les moteurs tourner en permanence comme il est d’usage de le faire dans la région. L’utilisation de couvertures pour protéger le moteur a aussi été occultée. Margaret soupire. Elle descend du véhicule, traverse le camp pour se rendre au baraquement des membres et déloger l’ancien pour qu’il jette un oeil au problème. À son arrivée, le vieux est affairé à rentrer du bois. Monica, Miranda et la petite Clara sont à l’intérieur.

— Youri, j’ai besoin de toi. La voiture ne démarre pas. Je vais devoir partir en camion avec les autres pour ne pas prendre de retard. Il faut impérativement réparer ça dans l’après-midi. Il est plus de 15h et tu auras peut-être besoin de te rendre en ville si une pièce a lâché. Tu connais la liste des endroits où l’on doit faire des achats en cas de besoin. Tu mets tout sur le compte de qui tu sais et tu demandes un reçu. Compris ?
— Je crois que oui, dit-il avec un sourire moqueur.
— Tu crois que oui ? Mais tu te moques de moi, ma parole !
— Ça va, du calme. Mais pitié, arrête avec tes recommandations sauf si elles sont inédites ! Je sais déjà tout ça ! 

     La Vilaine tourne brusquement les talons et retourne au camion, soufflant son dédain. Les deux acolytes la regardent revenir dans leur direction. Au même moment, ils se tournent l’un vers l’autre se questionnant des yeux.

— Ah non ! crie Vladimir
— Je crois bien que si, mon gars, répond Gleb en se décomposant.
— On va se la farcir ! Manquait plus que ça….
— Mais… mais qu’est-ce qu’elle fait ? s’étonne Gleb la voyant se diriger vers l’arrière.

     Vladimir saute du camion.

— Vous faites quoi là ?
— Je monte avec les mioches. Ce n’est pas de gaité de coeur, mais vos odeurs corporelles ne m’incitent pas à monter à l’avant. Je ferai sans, merci.
— Putain, mais c’est quoi votre problème !
— Ça suffit ! Baisse d’un ton et reste poli ! Et aide-moi à monter, c’est beaucoup trop haut !
— Vous savez quoi ? Démerdez-vous !

     Une large bouche s’ouvre sur le visage de la Vilaine figée par cet outrage. Vladimir reprend sa place au volant claquant rageusement la porte. Gleb redoutant de subir l’humeur chahutée de Margaret pour le restant de la journée s’élance prestement d’un bond pour l’assister. La despote installée, ils prennent la route. Aucun des enfants n’a laissé échapper un soupir, un pleur ou un mot. Leur silence est aussi glacial que les températures. 

*******

     Youri se précipite au baraquement dès la disparition du camion.

— Quelle aubaine ! Nous voilà tranquilles pour le reste de l’après-midi.
— Mouais… c’est curieux, soupçonne Monica.
— Ouais, bizarre… enchérit l’ado.
— Qu’est-ce que vous avez toutes les deux ? Vous vouliez une occasion, oui ou non ?
— Elle nous laisse tous les trois, alors que ce midi elle était au top de sa méfiance. 
— Elle n’a pas trop le choix, c’est tout. Rien d’étrange là-dedans !
— Elle aurait pu rester et t’envoyer avec eux, dit Monica au vieux.
— Non, tu sais bien qu’elle respecte à la lettre la place de chacun. Elle va devoir donner les consignes une fois à la mine et remplir sa liste au fur et à mesure. Elle ne laisserait personne faire ça à sa place.
— Oui tu as raison.
— Je vais m’occuper de la voiture. Si j’ai besoin d’aller en ville, je vous préviens. J’espère qu’il me restera assez de temps pour réparer la grange, ça m’éviterait d’avoir à le faire ce soir quand tout le monde sera revenu. Et il faut qu’on discute.

     Sa phrase à peine terminée, Youri repart accomplir sa mission du jour.

     Dans le baraquement, la chaleur du poêle s’accumule difficilement. Clara s’est endormie sur le vieux canapé, recroquevillée sous une couverture. Monica s’est assise sur une chaise et l’observe étrangement.

— Mouniette ? Ça va ? s’inquiète Miranda.

     Monica ne répond pas. Monica ne l’entend pas.

— Monica !

     Elle semble lointaine, en dérive. Très lentement, elle quitte la petite des yeux. Son regard glisse vers Miranda puis s’arrête. Elle fixe l’adolescente qui est assise sur son petit tabouret et qui fronce les sourcils d’incompréhension. Un clignement des yeux ramène Monica à une vaporeuse réalité.

— Toi aussi tu es un dommage collatéral ma grande, prononce-t-elle mécaniquement.
— Pardon ? T’es sûre que tout va bien ? 

C’est d’une voix hypnotique qu’elle répond.

— Tu es arrivée ici de la même manière que tous ces gamins… et j’ai pris soin de toi… comme Clara. Tu es aussi un dommage collatéral Miranda… un dommage collatéral…

 

Texte protégé

À SUIVRE …

 

logo instagram noir et blanc   Icone Facebook noir et blanc   Icone Twitter noir et blanc   Icone Pinterest noir et blanc   Icone Linkedin noir et blanc   Icone Trumbl noir et blanc  Icone you tube - noir et blanc