Eric Antoine

En dĂ©pit du bon sens et pour une raison inconnue, Eric, ce grand macaroni connu et reconnu, sortit de son lit en posant en premier les mains Ă  terre, suivi de son arrière train fatiguĂ© d’ĂŞtre coincĂ© entre un si grand buste et de si grandes jambes. Entre soupirs de refus et râles de dĂ©sespoir, il finit par se hisser de toute sa hauteur et se diriger, les bras trainant sur le carrelage, vers la cuisine. Telle une licorne, ou plutĂ´t une « bicorne » compte tenu des deux touffes pointues plantĂ©es de chaque cĂ´tĂ© de son crâne, il se crut dans un paradis matinal : celui du petit-dĂ©jeuner qui aide Ă  se rĂ©veiller tout en douceur. Pas de chance, la cafetière Ă©tait vide ! Dans un grognement primitif, il ouvrit le rĂ©frigĂ©rateur pensant trouver un remplaçant Ă  cette absence inhabituelle de cafĂ©. Encore pas de chance, rien qui puisse ĂŞtre avalĂ© au petit dĂ©jeuner dans ce cube froid Ă  qui on avait aussi oubliĂ© de remplir la panse. Un tiroir et une porte de placard plus tard, rien n’avait Ă©tĂ© trouvĂ© par ce grand macaroni avide de nourriture. DĂ©pitĂ©, il reprit la direction de sa chambre, les bras trainant toujours par terre et se recoucha dans le mĂŞme ordre qu’il s’Ă©tait levĂ©. Au petit matin, lorsqu’il se rĂ©veilla, il comprit qu’il avait rĂŞvĂ©. Mais l’Ă©norme filet de bave qui le reliait Ă  son oreiller quand il leva la tĂŞte, lui rappela que la faim Ă©prouvĂ©e durant cette nuit, elle, Ă©tait bien rĂ©elle… Macaroni Ă©tait devenu cannelloni et il lui fallait ĂŞtre farci …

 

« Un artiste, une histoire », c’est un moment purement fictif, une écriture instinctive de l’auteure dans un coin de canapé à une heure improbable…

 

Bannière Myows texte protégé

Texte protégé

 

logo instagram noir et blanc   Icone Facebook noir et blanc   Icone Twitter noir et blanc   Icone Pinterest noir et blanc   Icone Linkedin noir et blanc