ACCÈS LECTURE

ÉPISODE 1

Synopsis.

     Bien des années auparavant, une série de mystérieuses disparitions d’enfants avait ébranlé une partie de la Sibérie. Évaporés dans de troublantes conditions, ceux-ci n’avaient jamais été retrouvés. Des évènements étranges avaient conduit la population à taire et ignorer les faits. Trente ans plus tard, les disparitions reprennent accompagnées de l’angoisse d’antan et de parfaites similitudes… Seule une jeune femme fraichement débarquée dans la région s’est mise en quête de la vérité, sans savoir où elle mettait les pieds…

___________

1-Les dortoirs

___________

     L’arrêt du camion provoque un grincement strident. Le chauffeur accompagné de son acolyte ouvre le hayon pour faire descendre les enfants. Ils sont tous les deux aussi répugnants l’un que l’autre, souillés de cambouis, sentant le vieux tabac et la nourriture, mal rasés et certainement en manque cruel d’hygiène. Les enfants entassés les uns sur les autres sont transis de froid. Au beau milieu de cette forêt sibérienne, en plein hiver avec une épaisse couche de neige, au fin fond de nulle part, les malheureux n’ont que de petites chaussures et de maigres manteaux. L’homme leur ordonne de descendre. Il vocifère, les presse en les bousculant. Certains d’entre eux pleurent, agaçant cet homme grand et costaud au visage buriné. Il grommelle un ordre à l’intention de son accompagnant. Celui-ci l’exécute en dirigeant les gamins vers un vieux baraquement. Les pieds gelés des pauvres enfants s’enfoncent dans la neige. À l’entrée, se tient une femme maigre, à l’air autoritaire et au regard glacial. Sans dire un mot, elle sépare les filles des garçons et les envoie dans leurs dortoirs respectifs. Les enfants sont à bout de forces, épuisés par ce long voyage. Du côté des filles comme des garçons, la femme désigne à chacun un lit puis un casier rouillé et grinçant qui, évidemment, ne ferme pas. Les gamins âgés de huit à treize ans la regarde, l’air interrogateur. Ils sont perdus, inquiets. Ils ont peur… Mais peur de quoi ? Pourquoi sont-ils là et d’où viennent-ils ?

—  Silence les mioches ! crie soudain la femme en entrant dans le dortoir des filles.

      Les pleurs de certaines la rendent nerveuse. Elle s’approche d’une gamine plus jeune que toutes les autres. Elle consulte une liste, accrochée par une pince métallique sur une petite plaque de bois, qu’elle tient fermement.

— Toi, tu es Clara, la chouineuse. Cesse donc de pleurer !

     La petite âgée de six ans seulement, réprime ses sanglots et hoquette sans pouvoir s’arrêter. La femme passe son chemin pour se diriger vers une seconde fillette en pleurs, plus âgée. Elle se plante devant elle, puis soudain, la gifle. La claque résonne dans le dortoir. Les yeux sidérés des enfants la font sourire.

— Ici on ne rit pas et on ne pleure pas non plus ! Il n’y a pas de place pour la camaraderie, le jeu ou les lamentations. Vous êtes ici pour obéir et accomplir vos tâches. Je ne veux entendre que le silence ! Il est tôt et votre journée ne fait que commencer. Enfilez les vêtements qui se trouvent sur votre lit et les bottes près des casiers et déposez ce que vous portez dans la malle qui est près de la porte d’entrée du dortoir, puis restez assis sur votre lit jusqu’à mon retour. Je vous donnerai les instructions de la journée.

     Elle tourne les talons, sort de la pièce, puis traverse le grand couloir qui mène à l’opposé dans le dortoir des garçons.

*******

     La petite Clara sanglote toujours.

— Tais-toi… lui chuchote sa voisine de droite, on va avoir des ennuis.
—Laisse la tranquille ! ordonne Aby la seconde voisine de la petite.

     Aby fait partie du groupe des plus âgées. Elle s’approche de Clara et lui essuie les joues avec le bas de sa robe.

— Je m’appelle Aby. Ne t’en fais pas, je veillerai sur toi du mieux que je peux, lui dit-elle doucement. Maintenant habille-toi vite avant que cette vilaine ne revienne.

     La petite acquiesce par un « oui » de la tête et commence à enlever ses vêtements. Toutes les autres font de même.

*******

     Pendant ce temps, dans le dortoir des garçons règne une ambiance électrique. Un des gamins semble vouloir défier la vilaine. Il refuse catégoriquement d’enfiler la tenue obligatoire. Âgé de douze ans et plutôt gaillard, il soutient son regard.

— Je ne veux pas mettre ça ! C’est pouilleux et moche ! dit-il

     Une première gifle s’abat. Le gamin serre les dents et regarde cette horrible femme droit dans les yeux. Un revers de la main ne se fait pas attendre. Il tombe à la renverse. Courageusement, il se relève, se déshabille, et enfile nerveusement les vêtements posés sur son lit.

— Bien, dit-elle. Maintenant, va déposer tes vieilles loques dans la malle.

Le garçon obtempère, toujours en serrant les dents et en défiant la vilaine. Il revient près de son lit et se plante devant elle. Fier de lui, il décoche un sourire narquois. Elle lui saisit les cheveux en lui penchant la tête en arrière.

— Je m’occuperai de ton cas en temps voulu. Tu apprendras vite à obéir et à courber l’échine.

     Elle regarde de nouveau la liste qui ne la quitte jamais et y note quelque chose.

— Eh bien Billy, te voilà dans mon collimateur ! Nous nous reverrons très vite toi et moi…

     Puis elle distribue les consignes aux garçons et sort. Billy respire fort et sa colère monte. Ses dents grincent, mais il ne pipe mot. Il regarde la vilaine disparaitre. A peine sortie de son champ de vision, il se précipite vers la malle pour y récupérer un objet dans la poche de son veston. Il le glisse sous son matelas.

*******

     De son air hautain et pincé, la vilaine donne les consignes aux autres membres du camp. Elle est plutôt grande, maigre, autoritaire avec un air sadique et âgée d’une cinquantaine d’années. C’est elle qui dirige cet endroit d’une main de fer. Il y a aussi le chauffeur et son acolyte, une grosse femme désignée comme cantinière, un vieillard qui s’occupe de l’intendance et une adolescente de dix-sept ans. Six personnes et chacun sa tâche et sa place. Le camp compte plusieurs baraquements. Les dortoirs, le réfectoire, les sanitaires avec toilettes et douches collectives, une grange et une vielle et imposante bâtisse en retrait du camp. Mobilier et confort sommaire, endroit crasseux et baraques au bois pourri. La neige ensevelit tout ce qu’elle peut, la température avoisine les moins dix degrés et seuls des petits poêles à bois chauffent les baraquements. La vilaine établit le programme de la journée.

     Mais quel est donc cet endroit ? D’où viennent ces enfants ? Et dans quel but ont-ils été amenés ici ?
Une chose est certaine, leur calvaire ne fait que commencer…


Bannière Myows texte protégé Texte protégé

A SUIVRE ….

logo instagram noir et blanc   Icone Facebook noir et blanc   Icone Twitter noir et blanc   Icone Pinterest noir et blanc   Icone Linkedin noir et blanc   Icone Trumbl noir et blanc  Icone you tube - noir et blanc