ACCÈS LECTURE 

ÉPISODE 3/14

 Pendant cette période de confinement, je vous propose de découvrir ou redécouvrir gratuitement la saga de l’infidèle dont la première saison est sortie en août 2016 en numérique et papier sur Amazon et autres plateformes en ligne. La saison 2 est prévue pour le 25 mai 2020 en numérique et papier également.
Je publierai deux épisodes par semaine de la saison 1 : le mercredi et le samedi.


ÉPISODES PRÉCÉDENTS / 1 Le temps des doutes2 La surprise


3-L’angoisse

De retour au bureau, Carl traversa en trombe les couloirs de la banque. Il entra dans son bureau, claqua la porte, se laissa tomber sur son fauteuil, posa les coudes sur le tas de dossiers empilés devant lui et se prit la tête entre les mains. Il avait envie de s’arracher les cheveux. Impossible de mettre de l’ordre dans ses pensées et il n’en manquait pas. Un tas de questions se bousculaient. Était-il possible que Stan et Anna se connaissent ? Comment se seraient-ils connus et où ? Et si c’était le cas, était-ce le hasard qui les poussait à se retrouver à ce dîner ou était-ce programmé par quelqu’un qui savait ? Il était envahi par une paranoïa incontrôlable. Il prenait conscience qu’avoir une relation extra conjugale n’était pas si simple. Des coups frappés à sa porte l’obligèrent à se reprendre.

— Alors mon vieux ? Ton rendez-vous de 14H t’attend !
— Ah ! Jimmy, entre et ferme la porte.
— Toi, t’as pas l’air tranquille…
— Jimmy, je deviens fou ! Je ne sais pas si Éléonore joue, mais j’ai comme l’impression que je vais perdre.
— Qu’est-ce que tu racontes ?
— Je ne me souviens pas avoir vu ma femme habillée de façon si excitante. Je me suis retrouvé comme un gros idiot. Elle est même allée jusqu’à prendre une journée de congé pour faire du shopping, aller chez le coiffeur et à l’institut de beauté. Ma femme, prendre une journée de congé pour ça !? Sans me le dire… Je ne sais pas ce que je dois en penser.
— C’est plutôt bon signe, non ? Tu voulais savoir si elle se doutait de quelque chose, à priori, non.
— Pas sûr… Son comportement était inhabituel, elle a même bu du vin. Et ce n’est pas tout…
— Carl, tu m’inquiètes.
— Eva a appelé pendant le déjeuner. Elle voulait savoir si ça ne nous dérangeait pas qu’une amie de longue date de Stan se joigne à nous.
— Et alors ? Où est le problème ?
— Apparemment, Eva ne la connait pas et pourtant c’est une amie de Stan depuis longtemps et elle s’appelle Anna.
— Ha, je vois… répondit Jimmy en levant les yeux au ciel. Tu sais, des filles qui se prénomment Anna, il y en a des tas ! Tu ne t’es quand même pas imaginé que c’était ta maîtresse ?
— Figures toi que c’est la première chose à laquelle j’ai pensé. Et si samedi je me retrouvais face à Anna ?
— Allez vieux, détends-toi. Il te suffit de l’appeler et le problème est réglé. En attendant, je te conseille de recevoir ta cliente.
— Oui, tu as raison. J’appelle Anna dès que mes rendez-vous sont terminés.

Jimmy se dirigea vers la porte :

— Jimmy ! lança Carl.
— Oui ?
— Merci.
— T’inquiète pas, tout va bien se passer.

Les deux hommes se connaissaient depuis l’adolescence. C’est ensemble qu’ils avaient vécus leur service militaire et rien ne semblait pouvoir les séparer. Jimmy était un célibataire à l’humour facile, aux multiples conquêtes, mais qui n’avait toujours pas trouvé chaussure à son pied. Pourtant, c’était un homme séduisant, un peu bourru à ses heures mais très attendrissant. Il était toujours là pour son ami. C’est un peu gêné qu’il couvrait l’aventure de Carl, car il appréciait beaucoup Éléonore.

*******

   Carl enchaînait les rendez-vous et les bourdes aussi. Il ne parvenait pas à se concentrer. Nous étions jeudi, la journée était presque terminée et il ne pensait qu’à une seule chose : appeler Anna. Son dernier rendez-vous s’acheva. Il se dirigea deux bureaux plus loin pour rejoindre Jimmy, mais à sa grande surprise, il était déjà parti. Il sortit et composa le numéro d’Anna depuis son portable. Pas de réponse. Il ne laissa aucun message. Il monta dans sa voiture et rentra chez lui. A son arrivée, Éléonore était rentrée et profitait de sa fin de journée. Elle avait quitté sa jolie robe pour une tenue d’intérieur au charme insolent. Carl s’approcha pour l’embrasser comme à son habitude. Il marqua un temps d’arrêt. Elle était si belle, sa peau si lumineuse, son corps si harmonieux… Son déshabillé en dentelle laissait apparaître la naissance de ses hanches. Elle était divine. Il l’embrassa, elle l’enlaça, mais malgré le désir qu’elle éveillait en lui, il ne répondit pas à ce geste. Il se dégagea doucement :

— Je suis désolé chérie, je ne me sens pas très bien.
— Que se passe-t-il ?
— La journée a été compliquée.
— Je pensais pourtant que notre déjeuner aurait égayé ton après-midi, dit-elle déçue.
— C’était parfait et tu étais magnifique, tout comme ce soir d’ailleurs. Je suis juste fatigué, ne t’inquiète pas.
— Désolée, je ne voulais pas t’ennuyer après ta journée de travail. Fais-toi couler un bain, ça te détendra.
— Bonne idée, j’y vais tout de suite.

Les mensonges… Ces petites phrases que Carl devait dire pour couvrir son infidélité. Tout ça commençait à le torturer. Voir Éléonore si belle, si désirable, le rongeait de culpabilité. Il se dirigeait vers la salle de bains quand son portable sonna.

— Où est ce foutu portable ! fulmina-t-il.

Il cherchait désespérément son téléphone quand soudain, l’idée que ce soit Anna qui le rappelle le fit frissonner. Il décida de ne pas répondre. Trop tard… Éléonore s’était emparée de l’objet du malheur :

— Je l’ai trouvé ! Va te détendre, je vais répondre.
Carl cria :
— Non !
— Enfin Carl, qu’est-ce qu’il te prend ?
Il cherchait ses mots :
— J’aimerai faire couler mon bain et me détendre. Si tu réponds et qu’on me demande, je devrais prendre le téléphone et je n’ai pas envie, voilà tout
— Je dirais que tu es occupé.
— Autant ne pas répondre. Éléonore donne-moi ce téléphone bon sang !
— Très bien, très bien, le voilà ton précieux téléphone. Tu te conduis de façon étrange Carl. Il faudra qu’on parle…

Elle tourna les talons et se dirigea vers la cuisine dans sa petite tenue légère. Carl peinait à reprendre ses esprits. Il regarda la liste d’appels de son portable. Ce qu’il vit le glaça. Comment avait-il pu être aussi bête pour inscrire le prénom d’Anna dans son répertoire ? Pourquoi n’avait-il pas choisi un nom et un prénom qui auraient pu correspondre à celui d’un collègue ou d’un client ? Sa femme avait-elle vu le prénom d’Anna s’afficher à l’écran ?

A SUIVRE ….

Copyright myows Texte protégé

Prochain épisode le samedi 4 avril 2020.

logo instagram noir et blanc   Icone Facebook noir et blanc   Icone Twitter noir et blanc   Icone Pinterest noir et blanc   Icone Linkedin noir et blanc   Icone Trumbl noir et blanc   Icone you tube - noir et blanc